Note : Voir Extraits plus nombreux "Les Essais" en français moderne - Extraits en Français Moderne

Montaigne [Yves Frisch]
Michel de Montaigne (1533-1592)

Essais . Livre premier


  • En vérité, le mentir est un maudit vice. Nous ne sommes hommes et ne nous tenons les uns aux autres que par la parole. (chap. IX)

  • De vrai, ce n'est pas la disette, c'est plutôt l'abondance qui produit l'avarice. (chap.XIV)

  • Il n'est rien que je haïsse comme à marchander. (chap.XIV)

  • Toutes les opinions du monde en sont là, que le plaisir est notre but, quoiqu'elles en prennent divers moyens;.. (chap. XX)

  • Philosopher c'est apprendre à mourir. (Titre du chapitre) (chap. XX)

  • ..au pis aller la mort peut mettre fin, quand il nous plaira, et couper broche à tous autres inconvénients. Mais quant à la mort, elle est inévitable. (Livre I, Chap. XX)

  • Il est incertain où la mort nous attende, attendons-la partout. La préméditation de la mort est la préméditation de la liberté. Qui a appris à mourir, il a désappris à servir. Le savoir mourir nous affranchit de toute sujétion et contrainte. Il n'y a rien de mal en la vie pour celui qui a bien compris que la privation de la vie n'est pas un mal. (chap. XX)

  • A chaque minute il me semble que je m'échappe. (chap. XX)

  • Le longtemps vivre et le peu de temps vivre est rendu tout un par la mort. (chap. XX)

  • Ou que votre vie finisse, elle y est toute. L'utilité du vivre n'est pas en l'espace, elle en en l'usage: ... (chap. XX)

  • Tous les jours vont à la mort, le dernier y arrive. (chap. XX)

  • Car c'est à la vérité une violente et traîtresse maîtresse d'école que la coutume. (chap. XXIII)

  • Les miracles sont selon l'ignorance en quoi nous sommes de la nature, non selon l'être de la nature. (chap.XXIII)

    (Edition Librairie Générale Française, 1972. dans le livre de poche)


Début de page  Page d'accueil  

Essais . Livre second


  • Le pire état de l'homme, c'est quand il perd la connaissance et le gouvernement de soi. (chap.II)

  • Il ne faut pas juger ce qui est possible et ce qui ne l'est pas, selon ce qui est croyable et incroyable à notre sens. (chap. XXXII)

    (Edition Librairie Générale Française, 1972. dans le livre de poche)


Début de page  Page d'accueil  

Essais . Livre troisième


  • Chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. (chap. II)

  • La sagesse a ses excès et n'a pas moins besoin de modération que la folie. (chap. V)

  • Qui s'obligerait à tout dire, s'obligerait à ne rien faire de ce qu'on est contraint de taire. (chap. V)

  • On ne se marie pas pour soi, quoi qu'on die; on se marie autant ou plus pour sa postérité, pour sa famille. (chap. V)

  • Si on ne fait toujours son devoir, au moins le faut-il toujours aimer et reconnaître. (chap. V)

  • Mon opinion est qu'il faut se prêter à autrui et ne se donner qu'à soi-même. (chap. X)

  • La pauvreté des biens est aisée à guérir; la pauvreté de l'âme impossible. (chap. X)

  • Pour mesurer la constance il faut nécessairement savoir la souffrance. (chap. X)

    (Edition Librairie Générale Française, 1972. dans le livre de poche)


Lien(s): Une version du texte chapitre par chapitre,  

Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 27/07/2015 version: 07/10/2001