Irvin D. Yalom (1931 -....)

Apprendre à mourir.

La méthode Schopenhauer


  • .. un torrent de compassion pour elle et pour ses frères humains, victimes de ce curieux dévoiement de l'évolution qui leur accorde la consciend de soi mais sans l'équipement psychologique adéquzt pour apaiser la douleur du caractère éphémère de l'existence. Ainsi avons-nous construit sans relâche, à travers les années, les siècles et les millénaires, des abris de fortune pour nous protéger de notre propre finitude. (p.19)

  • Vivre dans le désespoir parce que la vie a une fin, parce qu'elle ne propose pas de but élevé ou de projet grandiose, voilà qui est faire preuve d'une ingratitude grossière. (p.21)

  • ..on perd trop du spectacle de la vie à ne pas tomber la veste et se joindre à la fête. Pourquoi se ruer vers la porte de sortie avant même la fermeture de l'étblissement ? (p.22)

  • Vivez votre vie à fond, et alors, mais seulement alors, mourrez. Ne laissez aucune vie non vécue dernière vous. (p.23)

  • Les enfants privés de l'amour maternel ne parviennent pas à entretenir la confiance minimale requise pour s'aimer eux-mêmes, pour croire que les autres vont les aimer ou, tout simplement, pour aimer la vie. (p.57)

  • Les études montrent que, quel que soit le thérapeute , les psychothérapies, échouent une fois sur trois. (p.76)

  • [Une blague:]
    Un jour un fils dit à sa mère : "Aujourd'hui, maman, je ne veux pas aller à l'école."
    - Et pourquoi donc ? demande la mère.
    - pour deux raisons: je déteste les élèves et ils me détestent.
    La mère répond alors : " Il y a deux raisons qui font que tu dois aller à l'école : La première c'est que tu as quarante-cinq ans, et la seconde c'est que tu es le proviseur."xième (p.100)

  • [la pérénité des choses:]
    Le format dépassé de ces vieilles cassettesn'était plus compatible avec les équipements vidéo actuels. (p.118)

  • Vous savez on s'habitue à tout, même à une maladie mortelle. (p.126)

  • Spinoza aimait employer une phrase latine,sub spécie aeternitatis qui signifie "sous l'aspect de l'éternité." Pour lui, les évènements désagréables de la vie quotidienne deviennent moins dérangeants, si on les aborde sous l'aspect de l'éternité, justement. Je crois que ce concept peut se révéler d'une immense utilité pour la psychothérapie. (p.126)

  • Quand j'étais jeune, je voyais toujours le présent comme le prélude d'un avenir meilleur. Puis le temps passant, je me suis soudain rendu compte que je faisais exactement le contraire, que je me saoulais de nostalgie. (p.127)

  • Dans son travail avec elle,tant en groupe qu'individuellement, Julius s'était éclairé de deux lanternes. D'abord, le principe de Freud selon lequel le psychothérapeute doit s'adresser à une belle femme d'une manière humaine, et non pas se retenir ou la sanctionner au seul motif qu'elle est belle. Ensuite, un livre qu'il avait lu pendant ses études, intitulé La Belle Femme vide selon lequel les femmes véritablement très belles sont si souvent flattées et récompensées pour leur seule beauté qu'elles en oublient de développer d'autres aspects d'elles-mêmes. Leur confiance et leur impression de réussitent ne sont qu'apparetes, et, une fois que leur beauté se fane, elles réalisent qu'elles n'ont plus grand chose à offrir : elles n'ont développé ni l'art d'être intéressante, ni celui de s'interesser aux autres. (p.167/168)

  • [face aux critiques:]
    Tout le secret consiste à recevoir les commentaires comme un cadeau. Mais avant cela, il vous faut décider si ces commentaires sont pertinents. La manière dont je procède est de vérifier cela avec moi-même eet de voir si cela colle avec ma propre expérience de moi-même. Est-ce qu'il y a, dans tout cela, ne serait-ce qu'un soupçon, même cinq pour cent, de vérité ? J'essaie de me rappeler si, dans le passé, les gens m'ont déja fait ces commentaires. (p.199)

    (Galaade Éditions, 2005 Traduit de l'anglais par Clément Baude)


Début de page  Page d'accueil  

Le bourreau de l'amour

Histoires de psychothérapie (Récit)


  • J'ai découvert que quatre données sont particulièrement pertienentes en matière de psychothérapie : l'aspect inéluctable de la mort, pour chacun de nous et ceux que nous aimons ; la liberté de diriger notre vie comme nous l'entendons ; notre solitude fondamentale; et enfin, l'absence d'une signification ou d'un sens évident de l'existence. Pour oppressantes que soient ces données, elles contiennent les germes de la sagesse et de la redemption. (p.9)

  • Tout thérapeute sait que le premier pas en psychothérapie consiste pour le patient à admettre sa responsabilité dans les difficultés qui affectent l'existence. (p.13)

  • L'un des grand paradoxes de l'existence est que la conscience de soi engendre l'angoisse. (p.16)

  • .. il est terriblement difficile, terrifiant même, de faire sienne l'idée que vous et vous seul tracez le dessin de votre vie. (p.43)

  • Mon seul credo thérapeutique est peut-être cette affirmation de Socrate : "Le vie qu'on ne cherche pas à approfondire ne vaut pas la peine d'être vécue." (p.56)

  • Aussi longtemps qu'il se croirait tout près d'être désiré et aimé par une jolie femme, il continuerait à se persuader qu'il n'était pas différent des autres, que tout allait bien, qu'il n'était pas défiguré, pas mortellement malade. (p.93)

  • J'ai toujours su que la façon dont chacun affronte la mort est en grande partie déterminée par l'exemple de ses parents. (p.98)

  • D'une façon ou d'une autre, toute relation doit prendre fin. Il n'existe pas de garantie pour la vie. C'est comme si vous refusiez de profiter du lever du soleil parce quel vous detestez le voir se coucher. (p.115)

  • De par mon expérience personnelle et professionnelle, j'en étais arrivé à croire que la peur de la mort est toujours plus grande chez ceux qui ont le sentiment de ne pas avoir vécu pleinement. Il existe une bonne formule: moins on a vécu sa vie, moins on a réalisé son potentiel, plus grande est l'angoisse de la mort. (p.128)

  • Lorsque deux êtres ont en commmun quelque chose que les mots ne peuvent exprimer, ils se rejoignent dans l'amour. (p.253)

    (Galaade Éditions. 2005. Traduit de l'anglais par Anne Damour)


Début de page  Page d'accueil  

La malédiction du chat Hongrois

Contes de Psychothérapie


  • Essayez de comprendre que ce qui est en or, ce n'est pas le fait de mourir mais de vivre pleinement la vie face à la mort. (p.32)

  • ... Paula me surprit en commençant la séance par la lecture d'un vieux récit hassidique:
    un rabbin discutait avec le Seigneur du Paradis et de l'Enfer."Je vais vous montrer l'enfer", dit le Seigneur. Il entraîna le rabbin dans une pièce où se trouvait une grande table ronde. Autour, des gens gens affamés et désespérés,. Au milieu de la table trônait un énorme plat en sauce qui sentait si délicieusement bon que le rabbin en saliva. Chaque personne tenait une cuiller à très long manche. Si les longues cuillers atteignaient le plat, leurs manches étaient plus longs que les bras des convives, ce qui les empêchait d'amener la nourrriture à leurs lèvres. Personne ne pouvait manger. Le rabbin vit bien que ces gens souffraient terriblement.
    "Maintenant, je vais vous montrer le Paradis", dit les Seigneur.
    Ils entrèrent dans une autre pièce, exactement semblable à la première : même table ronde; même plat de victuailles. Comme précédemment, les convives étaient munis de cuillers à trop long manche, mais là, tout le monde était bien nourri, grassouillet,joyeux et bavard. Le rabbin ne comprenait pas. " C'est très simple, mais ça demande certaines qualités, expliqua le Seigneur. Dans cette pièce, vous voyez, ils ont appris à se nourrir les uns les autres".
    (p.40)

  • On trouve la bonne clé et on peut ouvrir la porte des souffrances de n'importe qui. (p.91)

  • J'ai appris il y a longtemps que lorsque quelque chose de fort s'interpose entre deux personnes et qu'elles n'en parlent pas, elles ne parlent de rien d'important non plus. (p.124)

    (Galaade Éditions. 2005. Traduit de l'anglais par Dominique LETELLIER)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 18/10/2009 version: YF/10/2009