Paul Verlaine (1844-1896)


  • Chanson d'automne

    Les sanglots longs
    Des violons
    De l'automne
    Blessent mon coeur
    D'une langueur
    Monotone.

    Tout suffocant
    Et blême, quand
    Sonne l'heure,
    Je me souviens
    Des jours anciens
    Et je pleure

    Et je m'en vais
    Au vent mauvais
    Qui m'emporte
    Deçà, delà,
    Pareil à la
    Feuille morte.



Début de page  Page d'accueil  


  • Le ciel est...

    Le ciel est, par dessus le toit,
    Si bleu, si calme !
    Un arbre, par-dessus le toit,
    Berce sa palme.

    La cloche, dans le ciel qu'on voit,
    Doucement tinte.
    Un oiseau sur l'arbre qu'on voit
    Chante sa plainte.

    Mon Dieu, Mon Dieu, la vie est là,
    Simple et tranquille.
    Cette paisible rumeur-là
    Vient de la ville.

    - Qu'as-tu fait, Ô toi que voilà
    Pleurant sans cesse,
    Dis, qu'as-tu fais, toi que voilà,
    De ta jeunesse ?



un site incontournable pour les amoureux de poésie : webnet  

Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 18/04/2015 version: YF:11/2000