Baruch Spinoza (1632-1677)

L'Ethique


  • Tout ce qui est, est en Dieu et rien ne peut sans Dieu être ni être conçu. (I,15)

  • L'existence de Dieu et son essence sont une seule et même chose. (I,20)

  • La puissance de Dieu est son essence même. (I,34)

  • ...les hommes se croient libres pour cette seule cause qu'ils sont conscients de leurs actions et ignorants des cause par où ils sont déterminés;... (III,2 scolie)

  • Chaque chose, autant qu'il est en elle, s'efforce de persévérer dans son être. (III,6)

  • Seule assurément une farouche et triste supercherie interdit de prendre des plaisirs. (IV,45, scolie)

  • La foule est terrible quand elle est sans crainte;.. (IV,54, scolie)

  • Un homme libre ne pense à aucune chose moins qu'à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort mais de la vie. (IV,67)

  • Quand même nous ne saurions pas que notre Ame est éternelle, la Moralité et la Religion et, absolument parlant, tout ce que nous avons montré dans la quatrième partie qui se rapporte à la Fermeté d'Ame et à la Générosité, ne laisserait pas d'être pour nous la première des choses. (V,61)

  • ...Si la voie que j'ai montré qui y conduit, paraît être extrêmement ardue, encore y peut-on entrer. Et cela certes doit être ardu qui est trouvé si rarement. Comment serait-il possible, si le salut était sous la main et si l'on pouvait parvenir sans grand-peine, qu'il fut négligé par presque tous ? Mais tout ce qui est beau est difficile autant que rare. (V,42 .. il s'agit des dernières phrases de l'Ethique)

    (Garnier Flammarion. Traduction Charles Appuhn)


Début de page  Page d'accueil  

Traité Théologico-Politique


  • La Prophétie est donc inférieure à cet égard à la connaissance naturelle qui n'a besoin d'aucun signe, mais enveloppe de sa nature la certitude. (p.50)

  • Que nous disions donc que tout se fait suivant les lois de la Nature ou s'ordonne par le décret o le gouvernement de Dieu, cela revient au même. (p.71)

  • Tout ce qui est contraire à la Nature est en effet contraire à la Raison; et ce qui est contraire à la Raison est absurde et doit en conséquence être rejeté. (p.128)

  • ...et nous voyons que presque tous substituent à la parole de Dieu leurs propres inventions et s'appliquent uniquement sous le couvert de la religion à obliger les autres à penser comme eux. (p.137)

    (Garnier Flammarion. Traduction Charles Appuhn)


Début de page  Page d'accueil  

Traité Politique


  • Un Etat dont le salut dépend de la loyauté de quelques personnes, et dont les affaires, pour être bien dirigées, exigent que ceux qui les mènent veuillent agir loyalement, n'aura aucune stabilité...Et peu importe à la sécurité de l'Etat quel motif intérieur ont les hommes de bien administrer les affaires, pourvu qu'en fait ils les administrent bien: la liberté de l'âme en effet,c'est-à-dire le courage, est une vertu privée, la vertu nécessaire à l'Etat est la sécurité. (I,6)

  • ...le droit de la guerre appartient à chaque Cité, et qu'au contraire, pour fixer le droit de la paix, il faut au moins deux Cités qui seront dites liées par un traité ou confédérées. (III,13)

  • C'est aux esclaves, non aux hommes libres qu'on donne des récompenses pour leur bonne conduite. (X,8)

    (Garnier Flammarion. Traduction Charles Appuhn)


Début de page  Page d'accueil  

Lettres


  • Pour ce qui est de l'âme humaine, je crois aussi qu'elle est une partie de la nature: je crois en effet qu'il y a dans la nature une puissance infinie de penser et que cette puissance contient objectivement, dans son infinité la nature tout entière, les pensées particulières qu'elle forme s'enchaînant en même manière que les parties de la nature qui est l'objet dont elle est l'idée.
    ...
    l'âme humaine est ainsi conçue par moi comme une partie de l'entendement infini. (lettre XXXII, p.237-238)

  • Si les philosophes veulent appeler spectres ce que nous ignorons, je n'en nierai pas l'existence, car il y a une infinité de choses que j'ignore. (lettre LII, p.286)

  • Les hommes méchants ne sont pas moins à craindre ni moins pernicieux quand il sont méchants nécessairement. (lettre LVIII, p.306)

    (Garnier Flammarion. Traduction Charles Appuhn)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 02/03/2014 version: YF-11/2000