Sénèque (vers 4 avant JC à 65 après JC)

Prière du matin (extrait de «La vie heureuse» - titre choisi par yf)


  • «Je verrai la mort d'un visage aussi calme que si j'en entendais parler. Je me soumettrai à tous les travaux, si grands qu'ils soient, soutenant le corps par l'âme. Je mépriserai également les richesses, qu'elles soient présentes ou absentes, et je ne serai ni plus triste quand elles se trouvent ailleurs que chez moi, ni plus fier si elles m'environnent de leur éclat. Je ne serai pas sensible aux allées et venues de la fortune. Je considérerai toutes les terres comme miennes et les miennes comme appartenant à tous. Je vivrai comme si je savais que je suis né pour les autres et remercierai la nature d'un pareil titre, car comment aurait-elle pu mieux conduire mes affaires ? Elle m'a donné seul à tous, elle a donnée tous à moi seul. Tout ce que j'aurai, ni je le garderai d'une manière sordide ,ni je le répandrai d'une manière prodigue. Je croirai ne rien posséder mieux que ce que je donne comme il faut. J'estimerai les bienfaits ni au nombre, ni au poids, mais au prix qu'y attache celui qui les reçoit. Jamais je ne penserai donner trop à qui est digne de recevoir. Je ne ferai rien en vue de l'opinion, je ferai tout par conscience. Je croirai avoir pour témoin tout un peuple alors que j'agirai devant ma seule conscience... La limite que je m'imposerai dans le boire et le manger sera de satisfaire les besoins naturels, et non d'emplir et de vider l'estomac. Je serai agréable envers mes amis, indulgent et affable envers mes ennemis. Je serai ébranlé avant même d'être prié, et j'irai au devant des demandes honnêtes. Je saurai que ma patrie c'est le monde, que mes chefs ce sont les dieux et qu'ils sont au-dessus de moi et autour de moi surveillant mes actes et paroles. Quand la nature me redemandera ma vie ou que ma raison la fera cesser, je m'en irai en attestant que j'ai chéri la bonne conscience et les bonnes études, et que la liberté de personne n'a été diminué de mon fait, la mienne moins que toute autre.» (De la vie heureuse : p 742 dans la Bibliothèque de la Pléiade : «Les Stoïciens» édité par Gallimard . Texte traduit par Emile Bréhier revue par L.Bourgey)


    (Editions Le Pléiade Gallimard 1962)



Début de page  Page d'accueil  

De la vie heureuse


  • L'opinion de la foule est l'indice du pire. (p.714)


    (Editions Le Pléiade Gallimard 1962)



Début de page  Page d'accueil  

De la brièveté de la vie


  • « Nous ne vivons qu'une très petite partie de notre vie » [de ?] (II,2)

  • On ne supporte pas de voir ses domaines occupés par personne, et s'il y a la moindre dispute sur le bornage, on se lance des pierres et on court aux armes; mais on permet aux autres d'entrer dans sa propre vie, bien plus, nous y introduisons nous-mêmes ceux qui doivent en devenir possesseurs. (III,1)

  • Toute vie est un esclavage. (X,3)

  • Souvent nous mourons de la peur de mourir. (XI,4)

  • Qui craindra la mort, ne fera jamais rien de bon de son vivant;... (XI,6)

  • Quand survient l'épreuve, il est trop tard pour préparer notre âme à l'assumer. (XI,8)


    (Editions Le Pléiade Gallimard 1962)



Début de page  Page d'accueil  

Lettres à Lucilius


  • La perte la plus honteuse, pourtant, est celle que l'on fait par négligence. Veux-tu y prêter attention: une grande partie de la vie s'écoule à mal faire, la plus grande à ne rien faire, la vie tout entière à faire autre chose. (Lettre 1)

  • Pendant qu'on la diffère, la vie passe en courant. (Lettre 1)

  • ..que nul ne se juge redevable en quoi que ce soit pour avoir reçu du temps, alors que c'est le seul bien que, même reconnaissant, l'on ne peut rendre. (Lettre 1)

  • Je l'affirme: quiconque méprise sa vie est maître de la tienne. (Lettre 4)

  • Aucun bien n'est agréable à posséder si l'on n'y associe personne. (Lettre 6)

  • Rentre en toi-même autant que tu peux; fréquente ceux qui te rendront meilleur, accueille ceux que tu peux, toi, rendre meilleurs. (Lettre 7)

  • N'est pas heureux celui qui ne croit pas l'être.
    Qu'importe, en effet, qu'elle est ta situation, si tu l'estimes mauvaise ? (Lettre 9)

  • Vis avec les hommes comme si le dieu te voyait, parle avec le dieu comme si les hommes t'entendaient. (Lettre 10)

  • Nul n'est si vieux qu'il n'espère imprudemment un jour de plus. (Lettre 12)

  • « C'est un mal de vivre dans la nécessité, mais à vivre dans la nécessité, il n'y a aucune nécessité.» (Epicure fragment 487) (Lettre 12)

  • La mauvaise fortune, elle aussi, a son inconstance. (Lettre 13)

  • Si quelque chose t'interdit de bien vivre, il n'est pas interdit de bien mourir. (Lettre 17)

  • Loin d'avoir à craindre la mort, on doit à son bienfait de n'avoir rien à craindre. (Lettre 24)

  • Pour qui ignore à quel port se rendre, aucun vent n'est propice. (Lettre 71)


    (Garnier Flammarion 1992 pour les lettre 1 à 29. - Editions Le Pléiade Gallimard 1962 pour lettre 71)



Lien(s): Présentation de sa vie et de son oeuvre   La mort de Sénèque  

Début de page  Page d'accueil  
Page générée le : 22/06/2017 version: YF:11/2001