Daniel Pennac (1944-....)

Comme un roman


  • Le verbe lire ne supporte pas l'impératif. (p.13)

  • Relire, ce n'est pas se répéter, c'est donner une preuve toujours nouvelle d'un amour infatigable. (p.64)

  • Ce que nous avons lu de plus beau, c'est le plus souvent à un être cher que nous le devons. Et c'est à un être cher que nous en parlerons d'abord. Peut-être, justement, parce que le propre du sentiment, comme le désir de lire, consiste à préférer. Aimer c'est finalement, faire don de nos préférences à ceux que nous préférons. (p.96)

  • Quand un être cher nous donne un livre à lire, c'est lui que nous cherchons d'abord dans les lignes, ses goûts, les raisons qui l'ont poussé à nous flanquer ce bouquin entre les mains, les signes d'une fraternité. (p.97)

  • Les droits imprescriptibles du lecteur

      1. Le droit de ne pas lire.
      2. Le droit de sauter des pages.
      3. Le droit de ne pas finir un livre.
      4. Le droit de relire.
      5. Le droit de lire n'importe quoi.
      6. Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible).
      7. Le droit de lire n'importe où
      8. Le droit de grappiller.
      9. Le droit de lire à haute voix.
    10. Le droit de nous taire.


    (Edition Galliard, Collection Folio, 1992)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 15/04/2009 version: YF/10/2002