Parménide (Élée (colonie grecque de l'Italie du sud) au Ve siècle avant JC)

Fragments


  • L'être est et le non être n'est pas.

  • Peu m'importe par où je commence, car je reviendrai ici.

  • Et bien donc! Je vais parler; toi, écoute et retiens mes paroles qui t'apprendront quelles sont les deux seules voies d'investigation que l'on puisse concevoir. La première dit que l'Être est et qu'il n'est pas possible qu'il ne soit pas. C'est le chemin de la Certitude, car elle accompagne la Vérité. L'autre, c’est : l'Être n'est pas et nécessairement le Non-être est. Cette voie est un étroit sentier où l'on ne peut rien apprendre. Car on ne peut saisir par l'esprit le Non-être, puisqu'il est hors de notre portée; on ne peut pas non plus l'exprimer par des paroles; en effet, c'est la même chose que penser et être.

  • On ne peut ni dire ni penser que l'Être n'est pas. Car, s'il venait de rien, quelle nécessité eût provoqué son apparition ou plus tard ou plus tôt ? En effet, l'Être n'a ni naissance, ni commencement. Ainsi donc il est nécessaire qu'il soit absolument ou qu'il ne soit pas du tout.

    (dans «Les penseurs grecs avant Socrate» p.93-95 collection GF Traduction Jean Voilquin)


Lien(s): notes biographiques    Isabelle Rivard, de l'université de Montréal,:  

Début de page  Page d'accueil  
Page générée le : 24/05/2017 version: YF/2002