Paul Morand (1888-1976)

L'homme pressé


  • - Si j'étais seul au monde, je me porterais à merveille; mais il y a les autres. (p.13)

  • Une malédiction veut que je sois lancé au galop dans un univers qui trottine. (p.14)

  • - Tout le monde n'a pas comme toi du temps à perdre en inventant des trucs pour économiser les secondes,.. (p.46)

  • Le patient use toujours l'impatient. (p.64)

  • Sa présence était une absence. (p.89)

  • .. Qu'est ce que la vitesse sinon une course gagnée dont la solitude est le prix. (p.117)

  • .. la qualité maîtresse des souverains, celles de n'intervenir qu'au dernier moment. (p.157)

  • ..quand l'enjeu est une vie entière, il faut régler sa montre sur l'éternité. (p.179)

  • Est-on bon quand on ne sait même pas que les autres existent, quand on ne se donne même pas le temps de les regarder, de faire une halte devant une inquiétude, une douleur, un colère ? (p.283)

  • Les explications sont un des grands plaisirs de la vie à deux. (p.283)

  • Il avait vécu trop vite pour être remarqué. (p.323)


    (Editions Gallimard 1941)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 09/01/2008 version: 07/01/2008