Albert Memmi (1920- )

Agar (1955)


  • - Je préfère la solitude aux médiocres.
    La discussion tourne court. J'ai honte d'avouer que je préfère les médiocres à la solitude. (85)

  • C'est une des illusions que je conservai le plus longtemps : croire que je pourrais convaincre un homme, quelle que fût sa méfiance, en m'ouvrant complètement à lui, en me livrant sans défense. (139)

    (Edition Correa/Buchet /Chastel. 1955. Collection Folio)


Début de page  Page d'accueil  

Portrait d'un juif (1962)


  • Que cela me flatte ou m'humilie, mon sort est lié à celui de tous les autres juifs. (136)

  • La condition juive, je le veux bien, est un raccourci, plus condensé, plus sombre, de la condition humaine. (244)

  • Il y a longtemps que je ne me crois plus moi-même sur parole, et que je ne l'exige plus des autres. (311)

    (Editions Gallimard. 1962 collection folio)


Début de page  Page d'accueil  

Juifs et arabes (1974)


  • Je pense fermement que la prise de conscience d'une situation réelle est le premier pas vers la libération. (26)

  • Etre juif, ce n'est pas seulement en avoir conscience, c'est subir une Condition objective. (30)

  • Etre juif, c'est subir le destin objectif d'un même groupe d'hommes. (40)

  • La réalité juive est substantiellement liée à Israël, mythes et réalités. (44)

  • Ce qui est essentiel et indiscutable est ceci: dorénavant, l'Etat d'Israël fait partie du destin de tout juif dans le monde, qui continue à se reconnaître comme Juif. Quelles que soient les hésitations, ou même les condamnations, que peut soulever telle de ses actions, son existence ne saurait être mise en question par aucun Juif dans le monde, sans qu'il se nuise gravement à lui-même. (45)

  • Malheureusement, ai-je souvent noté, il n'y a pas d'harmonie préétablie entre les intérêts de tous les opprimés. (45)

  • ..il n'y a pas de grande compatibilité entre les constitutions arabes et la laïcité. (55)

    (Editions Gallimard. 1974 collection idées)


Début de page  Page d'accueil  

Le Nomade immobile (2000)


  • A la suite de l'un de mes romans, on m'a beaucoup interrogé sur le mariage mixte. Ne rédigeant pas une traité sur le mariage (j'aimerai le faire un jour), je me résume: tout mariage est difficile à réussir, mais le mariage mixte, surtout religieux, l'est encore plus. En faisant bien la part, bien entendu, des différences de tempérament, qui sont quelquefois plus importantes que les différences culturelles. Et en faisant une grande part, surtout , à la différence qui vient des sexes: nous n'avons pas les mêmes rythmes, ni le même système émotionnel, ni les mêmes intérêts, ni le même projet existentiel. Hommes et femmes étant déjà bien assez surprenants les uns pour les autres, mieux vaut ne pas ajouter des difficultés aux difficultés. Ce n'est pas trahir ma compagne que de faire un tel aveu - nous sommes ensemble depuis cinquante ans: il m'arrive de deviner qu'elle aussi, de temps en temps, a eu envie d'une vie conjugale moins complexe. Aux jeunes gens qui se lancent dans cette aventure, je dirais: « Si vous voulez vivre la mixité, demandez-vous d'abord si vous en avez la force. » (60/61)

  • La solitude devient pour moi une hygiène mentale, une méthode de pensée et une règle de sagesse pratique. Indispensable schizophrénie pour faire une oeuvre ! Pour penser juste, il faut réfléchir seul. (79)

  • Les héros meurent jeunes, et je n'ai pu m'empêcher de vieillir. Le héros choisit la tragédie; je plaide pour le bonheur. Le héros est un passionné; en politique comme en amour, je crois la passion mauvaise conseillère. De toutes manières, je me refuse à la démagogie des justes causes. (87)

  • L'exil n'a pas que des inconvénients. Il est aussi riche de fécondités. (97) etl:juif:Albert Memmi

  • La dimension Juive

  • D'une manière plus générale, je suis préoccupé par le destin des juifs dans le monde. Non seulement par solidarité, mais aussi parce que je pense que cette commune condition retentit sur ma vie. (104)

  • Les juifs ont porté à l'extrême ce retournement : ils ont fait de leur malheur historique une élection métaphysique. (106)

  • Aucun attachement ne doit être si serré qu'il n'empêche d'avancer. (113)

  • L'histoire nous a toujours rattrapés. A Paris même, au moment où j'écris ces lignes, on recommence à se plaindre d'un trop plein de juifs à la télévision, à la radio, au barreau, dans le corps médical, comme s'il fallait un quota de juifs à ne pas dépasser, comme si les juifs n'étaient pas des citoyens comme les autres. Le rappel des camps nazis commence à agacer comme une incongruité: comme si cette aberration de l'humanité ne concernait qu'eux. (120/121)

  • Qu'est ce qu'être juif? ... il me semble surtout que c'est une condition; c'est-à-dire un ensemble de relations avec les autres et avec soi-même. Etre juif (comme du reste être français, ou arabe, ou femme) n'est pas un choix, c'est une contrainte plus au moins acceptée, mais qui s'impose à nous... (122)

  • Quoi qu'il en soit, j'ai soutenu qu'être juif, ce n'est pas seulement être considéré comme tel, mais être traité d'une certaine manière, subir un certain destin. (122)

  • Lorsque des juifs iraniens sont menacés de mort, je sens en moi le frisson de la mort. (122)

  • Cette condition objective, on peut la revendiquer ou la refuser: on ne peut ni la nier, ni si soustraire totalement. (123)

  • Il s'ensuit qu'être juif n'est pas seulement un fait objectif; c'est une manière d'expérimenter le monde. (123)

  • J'ai tendance à penser que la condition juive est généralement vécue comme une blessure jamais complètement cicatrisée. (123)

  • Ce qui nous est arrivé, à nous, juifs, est pire: on a voulu sciemment nous tuer. Tous. (124)

  • Etre juif, c'est encore une manière de se conduire pour surmonter les handicaps du minoritaire et de l'accusé, pour affronter la suspicion dans laquelle on vit, pour contrer la menace permanente. La solidarité des juifs - on la leur reproche mais c'est un fait - est une réponde à cette commune condition. (125)

  • Je me sens mieux parmi les juifs, parce que j'ai le sentiments, à tord ou a raison, d'y être moins en danger. (125)

  • Le sionisme n'est pas plus critiquable que les autres mouvements de libération nationale; plut moins, en vertu de ses ambitions moralisatrices, feintes ou réelles. (129)

  • On a le droit d'être différent, on n'a pas le droit d'imposer ses différences aux autres. (131)

  • Autres thèmes

  • ...la culture est devenue la religion des laïques. (156)

  • Dans la mesure du possible, je tâche d'éviter de blesser les gens, mais je refuse de leur donner raison si je pense qu'ils ont tort. (166/167)

  • Les Eglises sont par nature exclusives et anthropophages.

  • Personne n'a le droit de vous demander de renoncer à vous-même. (207)

  • Je croyais trouver dans la philosophie une formule magique pour aborder n'importe quel problème. Contre mon habitude j'avais même choisi un modèle parmi les grands hommes de l'Antiquité. pour connaître la bonne direction, sinon pour découvrir la solution, il me suffirait de me demander : « Qu'en aurait pensé Marc-Aurèle ? »; « Qu'aurait décidé Marc-Aurèle ? ». Pourquoi Marc-Aurèle ? Parce que ce philosophe de l'Antiquité était un moraliste, et que, sans le savoir clairement, j'en était un. Je le suis toujours. (209)

  • J'ai même assez peu d'illusion sur l'emploi qu'on fait généralement de la raison. Ce n'est le plus souvent qu'un effort, la tentative d'habiller d'une mince pellicule des comportements dictés par l'émotion, les préjugés,les superstitions, les réactions spontanées d'appartenance. (217)

  • Notre vie est une constante négociation entre le rationnel, l'imaginaire et nos émotions. (217)

  • J'ai mis plus de temps à comprendre qu'il fallait en outre être un philosophe heureux. Non seulement ce n'était pas contradictoire, mais être l'un sans l'autre aurait été une duperie.(..) (266)

  • Qui n'a pas été heureux durant sa vie a été floué, en effet, parce qu'il n'y en a pas d'autre. Pour moi, en tout cas, j'ai lentement appris que c'est en cela principalement que consiste l'échec d'une vie. La sagesse marche sur deux pattes : la connaissance et le contentement de soi. (266)

  • S'il fallait résumer encore plus, je dirais que j'ai décidé d'être humaniste, laïque et rationaliste: humaniste pour la morale, laïque pour l'organisation sociale, et rationaliste pour la pensée. (277)

  • Ses désirs se faisant moins vifs, comme le vin, le philosophe se bonifie en vieillissant. Les pulsions sont moins vives, il est vrai. A l'instar de ces gens qui font graver sur leur tombe ce qui leur paraît leur principal mérité, je souhaite que l'on mette sur la mienne : « Il a tenté d'être sage et réussi quelquefois à être heureux. » (277/278)

    (Edition Arléa. Octobre 2000)


Début de page  Page d'accueil  

Dictionnaire critique à l'usage des incrédules. (2002)


  • ..je ne m'approuve que dans la distance que je prends par rapport à mes convictions. (10)

  • S'en tenir à l'expérience, se contraindre à raisonner, au lieu de céder à ses émotions, à ses préjugés, et à la partialité de ses appartenances ethniques ou nationales, ne pas outrepasser les limites d'une conclusion justifiée par une argumentation: cette rigueur élémentaire, et en somme modeste, est la condition de tout progrès de l'esprit. (10)

  • Il s'agit en gros de montrer que l'homme prime sur les mythes et même sur les idées et les groupes. (11)

  • Il est déjà assez ennuyeux de mourir ignorant, n'y ajoutons pas d'être dupe et complice de ses servitudes. (11)

    (Edition du Félin. 2002)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 23/11/2009 version: YF:01/2002