Charles Melman (1931-....)

L'homme sans gravité - Jouir à tout prix


  • Le désir est ce grand tourmenteur qui ne laisse pas en repos, oblige à travailler, à courir, à déplacer, à enfreindre, à peiner, etc. Bref, à vivre. (p.74)

  • La barbarie consiste en une relation sociale organisée par un pouvoir non plus symbolique mais réel. A partir du moment où le pouvoir qui est établi s'appuie sur - a pour référence - sa propre force , et ne cherche pas à défendre et à protéger rien d'autres que son existence en tant que pouvoir, son statut de pouvoir, et bien, nous sommes dans la barbarie. (p.79/89)

  • Il ne faut pas croire que chaque fois que surgit un problème, quelqu'un doive être là pour intervenir de façon pertinente. (p.84)

  • La violence apparaît à partir du moment où les mots n'ont plus d'efficacité. (p.85)

  • Ma réticence à me mettre devant mon ordinateur, c'est çà: entrer dans la dépendance d'un savoir et d'une technique dont je deviens un serf. (p.89)

  • Nous ne transmettons plus rien qui ne soit répulsif pour les générations suivantes. (p.197)

  • ..Nous ne savons plus transmettre ce qu'est la mort. C'est pourtant dans toutes les sociétés une question essentielle. Et nous ne savons plus la transmettre parce que nous ne savons plus ce que c'est. Non seulement nous ne savons plus ce que c'est, mais, de plus en plus, nous la considérons comme étant de l'ordre de l'accident. (p.203)

    (Editions Denoël. 2002 . Entretien avec Jean-Pierre-Lebrun)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 23/11/2009 version: 29/05/2005