La Bruyère (1645-1696)

Les Caractères


  • ...Comme les hommes ne se dégoûtent point du vice, il ne faut pas aussi se lasser de leur reprocher : ils seraient peut-être pires, s'ils venaient à manquer de censeurs ou de critiques; c'est ce qui fait que l'on prêche et que l'on écrit. (introduction)

  • On ne doit parler, on ne doit écrire que pour l'instruction ;.. (Introduction)

  • Quand une lecture vous élève l'esprit, et qu'elle vous inspire des sentiments nobles et courageux; ne cherche pas une règle pour juger l'ouvrage; il est bon, et fait de main d'ouvrier. (Des ouvrages de l'esprit. N°31)

  • Un homme libre, et qui n'a point de femme, s'il a quelque esprit, peut s'élever au-dessus de sa fortune, se mêler dans le monde, et aller de pair avec les plus honnêtes gens. C'est moins facile à celui qui est engagé : il semble que le mariage met tout le monde dans son ordre. (Du mérite personnel. N°25)

  • Un beau visage est le plus beau de tous les spectacles; et l'harmonie la plus douce est le son de voix de celle que l'on aime. (Des femmes. N°10)

  • L'on n'aime bien qu'une seule fois : c'est la première; les amours qui suivent sont moins involontaires. (Du coeur : N°11)

  • On ne doit pas se faire des ennemis de ceux qui, mieux connus, pourraient avoir rang entre nos amis. On doit faire choix d'amis si sûrs et d'une si exacte probité, que venant cesser de l'être, ils ne veuillent pas abuser de notre confiance, ni se faire craindre comme ennemis. (Du coeur. N°56)

  • Il faut rire avant que d'être heureux, de peur de mourir sans avoir ri. (Du coeur. N°63)

  • L'esprit de la conversation consiste bien moins à en montrer beaucoup qu'à en faire trouver aux autres : celui qui sort de votre entretin content de soi et de son esprit, l'est de vous parfaitement. Les hommes n'aiment point à vous admirer, ils veulent plaire ; ils cherchent moins à être instruis, et même réjouis, qu'à être goûtés et applaudis ; et le plaisir le plus délicat est de faire celui d'autrui. (De la société et de la conversation. N°16)

  • C'est une grande misère que de n'avoir pas assez d'esprit pour bien parler, ni assez de jugement pour se taire. Voilà le principe de toute impertinence. (De la société et de la conversation. N°18)

  • Un honnête homme qui dit oui et non mérite d'être cru : son caractère jure pour lui donne créance à ses paroles, et lui attire toute sorte de confiance. (De la société et de la conversation. N°20)

  • Dans la société, c'est la raison qui plie la première. (De la société et de la conversation. N°41)

  • Celui qui est d'une éminence au-dessus des autres qui le met à couvert de la répartie, ne doit jamais faire une raillerie piquante. (De la société et de la conversation. N°51)

  • Toute révélation d'un secret est la faute de celui qui l'a confié. (De la société et de la conversation. N°81)

  • Celui-là est riche, qui reçoit plus qu'il ne consume ; celui-là est pauvre, dont la dépense excède la recette.
    [...]
    S'il est vrai que l'on soit riche de tout ce dont on n'a pas besoin un homme fort riche, c'est un homme qui est sage. (Des biens de fortune N°49)

  • Si vous n'avez rien oublié pour votre fortune, quel travail!Si vous avez négligé la moindre chose, quel repentir ! (Des biens de fortune. N°82)

  • Il ne faut rien de moins dans les cours qu'une vraie et naïve impudence pour réussir. (De la cour. N°41)

  • L'esclave n'a qu'un maître; l'ambitieux en a autant qu'il y a de gens utiles à sa fortune. (De la cour. N°70)

  • Ceux qui nuisent à la réputation ou à la fortune des autre plutôt que de perdre un bon mot, méritent une peine infamante : cela n'a pas été dit et je l'ose dire. (De la cour N°80)

  • Il est souvent plus utile de quitter les grands que de s'en plaindre. (Des grands N°6)

  • S'il est périlleux de tremper dans une affaire suspecte, il l'est encore davantage de s'y trouver complice d'un grand : il s'en tire, et vous laisse payer doublement, pour lui et pour vous. (Des grands N°38)

  • Le stoïcisme est un jeu d'esprit et une idée semblable à la République de Platon. [...] Ils ont laissé à l'homme tous les défauts qu'ils lui ont trouvés, et n'ont presque relevé aucun de ses faibles. Au lieu de faire de ses vices des peintures affreuses ou ridicules qui servissent à l'en corriger, il lui ont tracé l'idée d'une perfection, et d'un héroïsme dont il n'est point capable, et l'ont exhorté à l'impossible. (De l'homme N°3)

  • L'incivilité n'est pas un vice de l'âme, elle est l'effet de plusieurs vices ; de la sorte vanité, de l'ignorance de ses devoirs, de la paresse, de la stupidité, de la distraction, du mépris des autres, de la jalousie. (De l'homme N°8)

  • Sachez précisément ce que vous pouvez attendre des hommes en général, et de chacun d'eux en particulier, et jetez-vous ensuite dans le commerce du monde. (De l'homme n°12)

  • Parchemins inventés pour faire souvenir ou pour convaincre les hommes de leurs parole : honte de l'humanité. (Des hommes N°27)

  • La mort n'arrive qu'une fois, et se fait sentir à tous les moments de la vie : il est plus dur de l'appréhender que de la souffrir. (Des hommes N°36)

  • A parler humainement, la mort à un bel endroit, qui est de mettre fin à la vieillesse.
     Le mort qui prévient la caducité arrive plus à propos que celle qui la termine. (De l'homme N°44)

  • Il n'y a pour l'homme que trois évènements : naître, vivre et mourir. Il ne se sent pas naître, il souffre à mourir, et il oublie de vivre. (De l'homme N°48)

  • Les enfants sont hautains, dédaigneux, colères, envieux, curieux, intéressés, paresseux, volages, timides, intempérants, menteurs, dissimulés; ils rient et pleurent facilement; ils ont des joies immodérées et des afflictions amère sur de très petits sujets; il ne veulent point souffrir de mal, et aiment à en faire : ils sont déjà des hommes. (De homme N°50)

  • Tout notre mal vient de ne pouvoir être seuls : de là le jeu, le luxe, la dissipation, le vin, les femmes, l'ignorance, la médisance, l'envie, l'oubli de soi-même et de Dieu. (De l'homme. N°99)

  • Il n'y a pour l'homme qu'un vrai malheur, qui est de se trouver en faute, et d'avoir quelque chose à se reprocher. (De l'homme N°136)

  • L'on se répent rarement de parler peu, très souvent de trop parler : maxime usée et triviale que tout le monde sait, et que tout le monde ne pratique pas. (De l'homme N°140)

  • L'étude de la sagesse à moins d'étendue que celle que l'on ferait des sots et des impertinents. Celui qui n'a vu que des hommes polis et raisonnable, on ne connaît pas l'homme, ou ne le connait qu'à demi : ... (De l'homme N° 155)

  • Il faut très peu de fonds pour la politesse dans les manières; il en faut beaucoup pour celles de l'esprit. (Des jugements N°18)

  • Tous les étrangers ne sont pas barbaes, et tous nos compatriotes ne sont pas civilisés : ... (Des jugements N°22)

  • L'une des marques de la médiocrité de l'esprit est de toujours conter. (Des jugements N°52)

  • Il est bon d'être philosophe, il n'est guère utile de passer pour tel. (Des jugements. N°68)

  • Une circonstance essentielle à la justice que l'on doit aux autres, c'est de la faire promptement et sans différer : la faire attendre, c'est injustice. (Des jugements. N°81)

    (Edition Garnier Flammarion)


Lien(s): Biographie et liens très bien fait  

Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 30/11/2016 version: YF-11/2000