Roger Ikor (1912-1986)

Les eaux mêlées (prix Goncourt 1955)


  • J'aimerais qu'ils n'oublient pas complètement leurs origines. (p.20)

  • Privé de son enfance, un homme est toujours malheureux (p.20)

  • Je ne leurs demande qu'une chose: qu'ils conservent au moins en eux une trace de moi et des miens, qu'ils ne se convertissent pas au catholicisme. (p.21-22)

  • La souffrance endurée est endurée. Irréparable! (p.25)

  • Si on devient esclave de son travail, à quoi ça sert de vivre ? (p.153)

  • ...Des fleurs ? il n'y avait même pas songé, d'abord parce que les fleurs se fanent tout de suite et qu'il n'aimait que les cadeaux durables; ensuite et surtout, parce que ça ne se faisait pas dans son pays. (p.185)

  • Rendre justice à ses ennemis, essayer de comprendre leur âme, qu'elle drôle d'idée! et il ne pouvait pas s'en défendre...Un jour enfin il s'avisa, et une soudaine fierté le remplit, que tout simplement il raisonnait en français. (p.314)

  • On lui rendait toujours service, à papa! Même quand c'était lui qui rendait le service. (p.410)

  • Est-ce qu'on est vraiment un homme quand aucune aspiration ne vous élève au-dessus de la médiocrité quotidienne? (p.615)

  • Quand on a été comme tout le monde, il n'est pas très commode de devenir comme personne. (p.660)

    (Edition Albin Michel 1955. collection livre de poche)


Début de page  Page d'accueil  

Les fleurs du soir


  • Personne n'est totalement futile. Personne ne vit seulement à la surface de soi. (p.25)

  • Le vrai problème, ce n'est pas de remplir le temps, mais d'en manquer pour la tâche à laquelle on se consacre. (p.39)

  • L'enfer, ce n'est jamais qu'un paradis non partagé. (p.42)

  • Souffrir d'amour à mon âge, quel bonheur et quel privilège!... Je souffre donc je vis. (280)

    (Editions Albin Michel 1985. Dans le livre de poche)


Lien(s): Palmares Prix Goncourt  

Début de page  Page d'accueil  
Page générée le : 23/09/2017 version: YF-01/11/2001