Anatole France (1844-1924) [Prix Nobel 1921]

Les Dieux ont soif


  • ..Il y a dans les hommes des caractères que les révolutions ne changent pas. (p.37)

  • L'unique fin des êtres semble de devenir la pâture d'autres êtres destinées à la même fin. (p.55)

  • J'ai l'amour de la raison, je n'en ai pas le fanatisme, répondit Brotteaux. La raison nous guide et nous éclaire; Quand vous en aurez fait une divinité, elle vous aveuglera et vous persuadera des crimes. (p.61)

  • ..La nature nous enseigne à nous entre-dévorer elle nous donne l'exemple de tous les crimes et de tous les vices que l'état social corrige ou dissimule. On doit aimer la vertu; mais il est bon de savoir que c'est un simple expédient imaginé par les hommes pour vivre commodément ensemble. Ce que nous appelons la morale n'est qu'une entreprise désespérée de nos semblables contre l'ordre universel, qui est la lutte, le carnage et l'aveugle jeu des forces contraires. Elle se détruit elle-même, et, plus j'y pense, plus je me persuade que l'univers est enragé... (p.61)

  • ...Les hommes avouent volontiers la cruauté, la colère, l'avarice même, mais jamais la lâcheté, parce ce que cet aveu les mettrait, chez les sauvages et même dans une société polie, en un danger mortel... (p.187/188)

    (Editions Calman-Lévy. Dans le livre de poche)


Lien(s): Biographie (En anglais)   Quelques textes en lignes   Biographie du site du prix Nobel   De A. France  

Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 13/11/2009 version: YF/02/2002