Lydia Flem (... - .... )

Comment j'ai vidé la maison de mes parents


  • Pour chaque objet, chaque meuble, chaque vêtement, chaque papier, il n'y avait que quatre directions, comme à la croisée des chemins la rose des vents : garder, offir, vendre ou jeter. [...] La catégorie "en attente" ou "on verra plus tard", se révéla la plus importante. Le statu quo   l'emportait largement sur les quatres catégories prescrites par le bon sens. J'étais infiniment découragé. (p.41/42)

  • Les morts ne disparaissent pas de notre mémoire. (p.43)

  • Les choses ne sont pas seulement des choses, elles portent des traces humaines, elle nous prolongent. (p.50)

  • S'il est sain de garder un lien puissant avec ses racines, ne deviennent-elles pas dangereuses lorsqu'elles débordent de terre et envahissent la part aérienne de l'arbre, prêtes à l'étouffer. (p.52)

  • ...on faisait comme si nous étions une petite famille sans histoire: papa, maman, la bonne et moi, alors que c'était : Hitler, Staline, l'Histoire et nous. (p.72)


    (Seuil mars 2004)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 20/01/2008 version: 20/01/2008