Jean-François Deniau (1928-2007)

La mer est ronde


  • Car si le plaisir de découvrir et de connaîte est grand, il n'en est pas de plus fort que celui de reconnaître. (p.27)

  • La vérité est qu'être naturellement et volontairement marin a toujours été une exception (p.54)

  • [en Méditerranée] Il faut donc toujours avoir en tête, quand on part et qu'on se fixe un objectif, l'idée de ce que pourrait être son port de refuge si on devait mettre en fuite en fonction d'un coup de vent. Compte tenu des distances modestes, il y en a toujours un accessible quelque part, et pas trop loin. (p.63)

  • Un moteur hors-bord n'est dangereux que quand on croit qu'il marche. Quand on sait très bien qu'il ne marche pas, il n'y a pas de surprise et il ne présente plus aucun risque. (p.79)

  • Tous les bateaux ont leurs vertus, le plus beau est le vôtre. Malheureusement, comme chaque propiétaire de bateau le sait, il lui faudrait un mètre de plus pour être parfait. (p.85)

  • La musique est l'organisation du silence comme le bateau est l'organisation de la solitude. (p.93)

  • Naviguer, c'est même, à tous points de vue l'art d'essayer de réduire le hasard. (p.110)

  • Apprendre à naviguer, c'est d'abord apprendre ce qu'il ne faut pas faire. (p.122)

  • Mais la beauté ne veut pas dire le bonheur. Le bonheur n'a pas la forme de la mer, il a celui d'une île, d'une île au loin.
    C'est un moment d'émotion rare qui s'apparente à l'amour et plus encore à la naissance de l'amour, que celui où le navigateur, après une longue course, voit se dessiner au loin la ligne de la côte qu'il attendait et que seul un oeil exercé peut distinguer de celle des nuages les plus bas. (p.123)

  • Toute île au loin pourrait s'appeler la Désirade.
    ...
    C'est un moment dans le temps, juste le temps d'une rencontre. Le bonheur en mer est fait d'îles, c'est à dire de brèves et surprenantes rencontres. (p.124)

  • Il y a peu de mystères plus attirants que celui d'une île au loin. (p.130)

  • L'esprit humain est ainsi fait que quiconque débarque dans une île se croit un peu un explorateur, même si elle est aussi connue que l'île de la Cité et desservie par le métropolitain. (p.138)

  • Il faut de nouveau naviguer, si l'on veut d'autres escales. Il ne faut pas s'attacher, il faut seulement se souvenir. (p.154)

  • Il ne faut jamais dire la vérité quand elle n'est pas vraisemblable (p.156)

  • La voile est l'école de l'attention, et des attentions. Elle enseigne le soin dans le détail, la non passivité, la capacité de se mettre à tous moments, en quelques sorte, à la place de l'autre, l'autre étant ou le foc, ou le spi, ou quelque autre voile encore dans son sac... (p.187)

  • La vie à bord dépend bien sûr de la qualité des gens qui sont à bord. Le bateau est un des meilleurs révélateurs de caractère qu'on puisse imaginer. (p.202)

  • ..comme l'a dit M. de Kersauzon d'une phrase lapidaire, « Un homme qui tombe à la mer n'a pas sa place à bord ». (p.203)

  • Tout, sur un bateau, qu'il s'agisse de la coque, du gréement, des manoeuvres, a un nom, et c'est non seulement utile, mais indispensable. Commander sur un bateau, c'est nommer. (p.208)

  • En mer, la meilleure façon de survivre est quand même de rester à bord. (p.239)

  • Non, la maxime doit être, si l'on ne déteste pas les risques, de prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions. (p.243)

  • On dira ce qu'on voudra, le froid-aux-pieds, c'est l'ennemi du genre humain. un marin qui ne pense pas à avoir toujours avec lui, même sous les Tropiques, une paire de chaussettes chaudes, n'est simplement pas digne de ce nom... (p.249)

  • Toute solitude est une liberté et toute solitude est une prison. Toute puissance est une liberté et toute puissance est une prison. (p.256)


    (Editions Gallimard 1981 et 1992 lu dans la collection Folio)


Début de page  Page d'accueil  

Mémoires de 7 vies


  • Le premier courage est d'abord de ne pas renoncer. (p.13)

  • Toute douleur ou angoisse est d'abord une solitude. On ne partage pas le mal physique. (p.21)

  • Comment gagner au bridge ou au poker menteur si on refuse de s'asseoir à la table de jeu ? Et comment se plaindre d'avoir perdu alors qu'on n'a pas voulu jouer ? (p.40)

  • Le seul grand mystère est de savoir en ce monde ce qu'il faut laisser au mystère. (p.52)

  • Les Celtes considéraient que ce qui est important ne doit jamais être écrit, mais seulement dit. Il est impossible de savoir qui vous lira. Il est possible de savoir qui vous entend. Donc si on est sérieux, on parle, on n'écrit pas. (p.114)

  • Une vie humaine n'a d'autre sens que de rencontrer l'enfant qu'on a été et de lui donner raison (p.138)

  • Demandons-nous seulement quel exemple nous aimerions laisser. (p.169)

  • Xavier [le frère de Jean-François Deniau], passionné bien avant tout le monde par les calculs de probabilités, à intégré la loterie nationale dans ses activités. Mais sachant que les chances de gagner y sont plus faibles pour le joueur que pour l'Etat, il a inversé le système : Chaque semaine il note soigneusement le numéro qu'il ne prend pas 750027 Série B gueules cassées. Ainsi le jour du tirage a-t-il toutes les angoisses du parieur, qui font partie du plaisir, puis normalement, les chances étant de son côté, la joie de constater qu'il n'a pas gagner. (p.188)

  • Rappelons que pour toute navigation heureuse, il faut respecter trois conditions:
    - ne pas faire ce qu'il ne faut pas faire,
    - faire ce qu'il faut faire,
    - et que la mer le permette. (P.431)


    (Editions Plon 1994 lu en collection Press Pocket)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 02/05/2013 version: YF/07/2007