Pierre Corneille (1606-1684)

Le Cid


  • L'amour est un tyran qui n'épargne personne. (Acte I,scène,2)

  • Un noble orgueil m'apprend qu'étant fille de roi,
    Tout autre qu'un monarque est indigne de moi. (Acte I,scène,2)

  • Si l'amour vit d'espoir, il périt avec lui; (Acte I,scène,2)

  • Pour grand que soient les rois, ils sont ce que nous sommes;
    Ils peuvent se tromper comme les autres hommes; (Acte I,scène 3)

  • O rage! ô désespoir! ô vieillesse ennemie !
    N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? (Acte I,scène 4)

  • Rodrigue, as-tu du coeur ? - Tout autre que mon père
    L'éprouverait sur l'heure; (Acte I,scène 4)

  • Va, cours, vole et nous venge. (Acte I,scène 4)

  • Qui ne craint point la mort ne craint point les menaces.
    J'ai le coeur au-dessus des plus fières disgrâces.
    Et l'on peut me réduire à vivre sans bonheur,
    Mais non pas me résoudre à vivre sans honneur. (Acte II,scène 1)

  • La valeur n'attend pas le nombre des années. (Acte II,scène 2)

  • Et par leurs coups d'essai veulent des coups de maître. (Acte II,scène 2)

  • A qui venge son père il n'est rien d'impossible. (Acte II,scène 2)

  • A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. (Acte II,scène 2)

  • La haine que les coeurs conservent au dedans
    Nourrit des feux cachés, mais d'autant plus ardents. (Acte II,scène 3)

  • Et lorsque le malade aime sa maladie,
    Qu'il a peine à souffrir que l'on y remédie! (Acte II,scène 3)

  • Vous parlez en soldat, je dois agir en roi. (Acte II,scène 4)

  • On est toujours tout prêt quand on a du courage. (Acte IV,scène 5)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 13/11/2009 version: YF-10/2000