Emile.M.Cioran (1911-1995)

Précis de décomposition

(YF: une lecture salutaire)


  • En elle même toute idée est neutre, ou devrait l'être; mais l'homme l'anime, y projette ses flammes et ses démences; impure, transformée en croyance, elle s'insère dans le temps, prend figure d'évènement: le passage de la logique à l'épilepsie est consommé... Ainsi naissent les idéologies, les doctrines, et les farces sanglantes. (p.7)

  • ..;celui qui aime indûment un dieu, contraint les autres à l'aimer, en attendant de les exterminer s'ils s'y refusent. (p.7)

  • Que l'homme perde sa faculté d’indifférence : il devient assassin virtuel. (p.8)

  • Les époques de ferveur excellent en exploits sanguinaires: sainte Thérèse ne pouvait qu'être contemporaine des autodafés, et Luther du massacre des paysans. (p.8)

  • Lorsqu'on se refuse à admettre le caractère interchangeable des idées , le sang coule...

  • Je me sens plus en sûreté auprès d'un Pyrrhon que d'un Saint-Paul, pour la raison qu'une sagesse à boutades est plus douce qu'une sainteté déchaînée. (p.9)

  • l'obsession du salut rend la vie irrespirable. (p.9)

  • Les trottoirs du monde et les hôpitaux débordent de réformateurs... (p.10)

  • La société - un enfer de sauveurs! Ce qu'y cherchait [en ville] Diogène avec sa lanterne c'était un indifférent.. (p.10)

  • ...toute foi exerce une forme de terreur, d'autant plus effroyable que les «purs» en sont les agents. (p.10)

  • Dans tout homme sommeille un prophète, et quand il s'éveille y a un peu plus de mal dans le monde... (p.11)

  • Mais vivre, c'est s'aveugler sur ses propres dimensions. (p.12)

  • L'amour,- une rencontre de deux-salives... Tous les sentiments puisent leur absolu dans la misère des glandes. (p.12)

  • Personne n'atteint d'emblée à la frivolité. (p.15)

    (Editions Gallimard. 1949 Collection idées)


Début de page  Page d'accueil  

Entretiens


  • Un livre qui laisse le lecteur pareil à ce qu'il était avant de le lire est un livre raté. (p.21)

  • Désirer le pouvoir est la grande malédiction de l'humanité. (p.27)

  • Un écrivain n'existe que si on le relit. (p.42)

    (Editions Gallimard.1995)


Lien(s): La vie est-elle possible après Cioran  

Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 16/11/2009 version: YF-11/02001