Henrich Böll (1917-1985) [Prix Nobel de littérature: 1972]

Le train était à l'heure


  • C'est affreux, si près de la mort, d'être obligé de manger. (p.20)

  • Le silence de ceux qui se taisent est impressionnant. (p.25)

  • Il y a beaucoup de gens pour qui une chose prend tout à coup de la valeur parce qu'un autre la désirée. (p.36)

  • C'est atroce, quand on est sur le point de mourir, de penser à ceux qu'on a offensés. (p.87)
    [commentaire de Y.Frisch : ... et on peut mourir chaque jour ! ]

  • C'est affreux de traiter mal un être humain parce qu'on le trouve laid. (p.88)

    (Edition Gallimard et librairie Générale Française, 1971)


Lien(s): notes biographiques (en Allemand)  

Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 13/11/2009 version: YF-06/2001