Antoine Vincent Arnault (1766-1834)

(secrétaire perpétuel de l'académie Française)


  • La feuille

    De ta tige détachée,
    Pauvre feuille desséchée,
    Où vas-tu ? - Je n'en sais rien.
    L'orage a brisé le chêne
    Qui seul était mon soutien.
    De son inconstante haleine,
    Le zéphyr ou l'aquilon
    Depuis ce jour me promène
    De la forêt à la plaine,
    De la montagne au vallon.
    Je vais où le vent me mène,
    Sans me plaindre ou m’effrayer :
    Je vais où va toute chose,
    Où va la feuille de rose
    Et la feuille de laurier.

    (Fables)


Lien(s):Ce texte a été transmis le 2 août 2000 sur le site de webnet  Le site mérite un détour pour les amoureux de poésie française.
voir aussi la biographie d'Antoine Vincent Arnault sur le site de l'Académie Française  son discours et la réponse de Abel-François VILLEMAIN qui cite ce poème.


Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 18/04/2015 version: YF-2000/08: