Aristote (384 à 322 av JC)

Ethique à Nicomaque


  • Même si les deux nous sont chers, la morale exige de préférer la vérité aux amis. (Livre 1 - p.38)

  • L'homme est par nature un être politique. (Livre 1 - p.41)

  • Il est donc évident que le bonheur est quelque chose de parfait qui se suffit à soi-même. (Livre 1 - p.42)

  • Le bien humain réside dans une activité de l'âme conformer à la vertu. (Livre 1 - p.43)

  • Agissons donc ..., pour éviter que l'accessoire ne devienne plus important que l'essentiel. (Livre 1 - p.43)

  • Aux jeux 0lympiques, on ne couronne ni les plus beaux ni les plus forts, mais ceux qui concourent (les vainqueurs en font partie); de même, n'atteignent avec succès ce qu'il y a de beau et de bon dans la vie que ceux qui agissent. (Livre 1 - p.45)

  • Attribuer au hasard ce qu'il y a des plus grand et de plus beau serait une explication trop discordante. (Livre 1 - p.46)

  • Ceux qui ne se maîtrisent pas aboutissent au contraire de ce qu'il désirent. (Livre 1 - p.53)

  • C'est en pratiquant la justice que nous devenons juste; en pratiquant la tempérance, tempérant; en pratiquant le courage, courageux.
    ...
    Il n'est donc pas de peu d'importance de prendre dès la jeunesse telle ou telle habitude: c'est d'un importance considérable ou, plutôt tout est là. (Livre 2 - p.56)

  • La tempérance et le courage sont en effet corrumpus par l'excès et par le défaut, mais conservés par l'attitude moyenne. (Livre 2 - p.57)

  • C'est en nous abstenant des plaisirs que nous devenons tempérants, et en l'étant devenus que nous somme le plus capables de nous en abstenir; de même pour le courage: c'est en nous habituant à mépriser la peur et à résister que nous devenons courageux, et en l'étant devenus que nous serons le plus capable de résister à la peur. (Livre 2 - p.57)

  • Il y a trois raisons de choisir et trois de s'abstenir : le beau, l'utile, l'agréable; et leurs trois contraires: le laid, le nuisible, le désagréable. (Livre 2 - p.59)

  • ..supporter les pires infamies pour rien de beau ni d'honnête est le propre d'un homme vil. (Livre 3 - p.72)

  • Or il existe une volonté de l'impossible: par exemple celle de l'immortalité. (Livre 3 - p.76)

  • ..pour ceux qui sont en état d'ivresse, les peines sont doubles, car le principe en est en eux: on est en effet maître de ne pas s'enivrer,... (Livre 3 - p.81)

  • Les actions conformes à la vertu sont belles et ont le beau pour fin. (Livre 4 - p.98)

  • Il est donc clair qu'il faut s'en tenir à la disposition moyenne. (Livre 4 - p.114)

  • La passion ne sied pas à tout âge, mais seulement à la jeunesse. (Livre 4 - p.119)

  • Dans les communautés fondées sur l'échange, la cohésion est assurée par cette forme de juste qu'est la réciprocité, selon la proportion, mais non selon l'égalité: l'action de réciprocité proportionnelle maintient l'unité de la cité. (Livre 5 - p.130)

  • Agathon a raison de dire :« La seule chose dont le dieu lui-même soit privé : c'est faire que n'ait pas eu lieu ce qui s'est accompli. » (Livre 6 - p.149)

  • Or celui qui se laisse corrompre par le plaisir ou la douleur a tôt fait de perdre de vue le principe, le but et la cause de tout ce qu'il doit choisir ou accomplir, car le vice est destructeur du principe. (Livre 6 - p.152)

    (Editions Presse Pocket. 1992. Traduit par Jean Defradas)



Début de page  Page d'accueil  
dernière mise à jour : 04/03/2005 version: YF:12/05/2002