Site de Yves Frisch
Citations par mot clé :humour



Pierre Assouline (1953 - ....)    La cliente
(1) - Son sens de l'humour aurait été dévastateur s'il n'avait été tempéré par la courtoisie. (p.38)

Italo Calvino (1923-1985)    Leçons Américaines
(2) - Tout comme la mélancolie est la tristesse devenue légère, l'humour est le comique débarrassé de la pesanteur corporelle... (44)

Romain Gary (1914-1980)    La promesse de l'aube
(3) - L'humour a été pour moi tout au long du chemin, un fraternel compagnonnage; je lui dois mes seuls instants véritables de triomphe sur l'adversité. Personne n'est jamais parvenu à m'arracher cette arme, et je la retourne d'autant plus volontiers contre moi-même, qu'à travers le «je» et le «moi», c'est à notre condition profonde que j'en ai. L'humour est une déclaration de dignité, une affirmation de la supériorité de l'homme sur ce qui lui arrive. (160)

Romain Gary (1914-1980)    Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable
(4) - Il croit qu'il existe un art de perdre et qui s'appelle l'humour. Cela mène souvent à renoncer à la victoire par peur de la défaite... (180)

Paul Guth (1910 -1997)    Le mariage du naïf
(5) - Mais l'article qui me détermina fut celui de Paul Guth dans Le Figaro littéraire   [ ;-) l'auteur se cite lui-même. Il y a-t-il meilleur moyen de se projeter dans l'éternité ? ] (p.41)

Humour et sagesse autour des juifs    (Sources diverses)
(6) - - Pourquoi vous les juifs répondez-vous toujours par une question ?
- Et pourquoi pas ?

(7) - Face à tout événement qui peut se produire, les juifs se posent la question:« Est-ce bon pour nous ?»

(8) - Un juif capable d'empêcher un autre juif de raconter une blague est un héros.

(9) - L'horloge
Un homme qui se promène dans le quartier juif d'une ville, aperçoit une vitrine pleine de réveils, d'horloges et de montres. Ayant besoin de faire réparer sa montre il entre dans la boutique.
- Désoler, mais je ne suis pas horloger, je suis mohel [= circoncisseur].
_ Alors pourquoi toutes ces montres ?
- Et bien, qu'est-ce que vous voulez que j'y mette ?

(10) - La lumière
Un rabbin demande à ses étudiants:
- Comment sait-on que la nuit s'est achevée et que le jour se lève ? [ commentaire : important pour savoir si l'heure de la prière matinale est arrivée]
... après diverses réponses «technique» des élèves, le rabbin donne sa réponse :
- Quand nous regardons un visage inconnu, un étranger, et que nous voyons qu'il est notre frère, à ce moment là le jour s'est levé.

(11) - L'étude
- Un jour quelqu'un demande à un érudit : «Pourquoi étudiez-vous si lentement, mais priez si vite ?»
- C'est parce que répondit le sage, lorsque je prie je parle à Dieu, mais quand j'étudie, c'est Dieu qui me parle. (dans:Les joies du Yiddish de Leon Rosten)

(12) - Comment les juifs ont appris l'art de l'interprétation
- Deux juifs se rencontrent sur le quai d'une gare:
- Où vas-tu ?
- Je vais à Cracovie.
- Tu me dis que tu vas à Cracovie, pour que je crois que tu vas à Lodz, alors que je sais que tu vas à Cracovie. Alors : Pourquoi mens-tu ? (Un des tout grand classique des histoires juives!!!)

(13) - Psychiatre
- Mr Samuel Goldwin à propos de psychiatrie : Quiconque va chez un psychiatre devrait se faire examiner la tête.

(14) - Psychiatre
- Un psychiatre, c'est un médecin juif qui hait la vue du sang.

(15) - Les plaideurs
Deux plaideurs devant le rabbi. Chacun défend son point de vue.
Après que le premier ait parlé, le rabbi lui dit «Tu as raison».
Après que le deuxième se soit exprimé, le rabbi lui dit aussi :«"Tu as raison».
Un des élèves du Rabbi :«Rabbi, il n'est pas possible que les deux aient raison ».
Alors le rabbi, après un moment de réflexion :« C'est vrai, toi aussi tu as raison ».

(16) - S'épancher
Dans un jardin deux vieux se rencontrent:
- Comment ça va ?
- L'autre hausse les épaules et enchaîne : et toi ?
- Bof !
Là dessus ils de quittent :
- Bon salut, ça fait vraiment du bien de pouvoir parler !

(17) - De mal en pis
Le rabbin surprend un jour sa femme au lit avec un goy.
- Ce n'est vraiment pas bien ce que tu fais là. Si tu continues comme cela bientôt tu finiras pas fumer Chabbat.

(18) - L'identité
On demande à un nouvel immigrant marocain s'il est heureux de vivre en Israël:
- Mais certainement: je suis même tres heureux. J'ai enfin trouvé ma véritable identité. Au Maroc on me traitait de Juif. Ici, on me traite de Marocain.

(19) - Les éléphants
Il faut qu'ils fassent une dissertation sur les éléphants. Chacun réagit selon son génie propre :
- Le Français : « La vie amoureuse des éléphants ».
- L'Américain : « Les éléphants et la richesse des nations ».
- L'Allemand : « La philosophie des éléphants ».
- Le juif : « Les éléphants et la question juive ».

(20) - Coiffeur
- Il faudrait tuer tous les juifs et tous les coiffeurs.
- Pourquoi les coiffeurs ?

(21) - Le divorce
Un couple de vieux Juifs âgés de quatre-vingt-dix ans, va trouver le rabbin pour obtenir le divorce. Le rabbin leur demande depuis combien de temps ils se sont rendus compte qu'ils ne s'accordent pas. Soixante-cinq ans, répondent-ils. Alors pourquoi, s'étonne le rabbin, avoir mis si longtemps à venir ? Nous avons attendu que les enfants soient morts, expliquent-ils.

(22) - Loin
Au sortir de la guerre. L'employé demande au candidat à l’émigration :
- Dans quel pays voulez vous vous rendre ?
- En Australie.
- L'Australie ? C'est loin !
- Loin d'où ?

(23) - C'est quoi le Talmud ?
(Pour illustrer l'idée que le raisonnement talmudique est, en dernière analyse, un exercice de bon sens:)
Un goy insistait auprès d'un talmudiste pour que celui-ci lui expliquât ce qu'est le Talmud. Le sage finit par y consentir et il pose au curieux la question suivante:
« Deux hommes descendent par une cheminée. Lorsqu'ils en sortent, l'un à le visage recouvert de suie; l'autre est immaculé. Lequel des deux ira se laver ?
- Celui qui est sale, répond le goï.
- Non, car celui qui est sale voit le visage propre de l'autre, et croit que le sien l'est aussi. Celui qui est propre aperçoit un visage sale, et il croit que le sien l'est aussi...,
- J'ai compris, s'exclame le goy. Je commence à comprendre ce qu'est le Talmud...
- Non, tu n'as rien compris de tout, coupe le rabbin, Car comment veux-tu que de deux hommes descendus par la même cheminée, l'un soit propre, et l'autre sale ? »

(24) - La solution
Un étudiant se rend auprès d'un vieux rabbin et lui dit:
- J'ai bien réfléchit et j'ai pris une décision. J’ai décidé de mourir.
- Ce n'est pas une solution, lui dit le rabbin.
Le jeune homme s'en va en revient une semaine plus tard en disant:
- Tu avais raison. J’ai bien réfléchis et j'ai décidé de vivre.
- Ce n'est pas une solution, lui dit le rabbin.
- Mais tu m'as dit que mourir n'était pas une solution ! Maintenant tu me dis que vivre n'est pas une solution. Alors quelle est la solution ?
- Parce que tu crois qu'il y a une solution ? Lui dit le rabbin.

(25) - Avoir de l’argent (Hassidique)
- Un miroir c'est comme une vitre. Quand elle est propre tu peux regarder à travers et voir les gens au dehors. Mais quand cette vitre est recouverte d'argent et que tu la regardes, tu ne vois plus que toi même.

(26) - Quelques sources
- Marc-Alain Ouaknin et Dory Rotnemer: La bible de l'humour juif (Ramsay)
- Marc Hillel: L'erreur de Dieu. (Perrin)
- Leo Rosten: Les joies du Yiddish (Calman-Lévy)
- Jean-Claude Carrière: Le cercle des menteurs (Contes philosophiques du monde entier)(Plon)
- Moussa Nabati: L'humour-Thérapie. (Editions Bernot-Danilo)
- Bella Laurence: Sail'houle. Sagesse yiddish dans la tradition juive. (Pierre Bordas & Fils)


Humour    Histoires d'ici... et d'ailleurs
(27) - Une dame récemment veuve, rencontre une amie, qui lui dit:
- J'ai appis le décès de ton mari... Mon Dieu... J'espère qu'il n'a pas souffert trop longtemps?
- Oh non! Nous n'étions mariés que depuis six ans.

(28) - - Mademoiselle, dit le directeur à une jeune et jolie dactylo, comment se fait que vous arriviez toujours ici la dernière et que vous partiez toujours la première ?
- Vous comprenez, Monsieur, je ne peux pas me permettre d'être en retard partout. (dans: Histoires gratinées , par Jean-Charles Press Pocket - 1970 p.16)

(29) - Une jeune fille dit à une autre:
- C'est invraisemblable, je viens d'apprendre que Suzanne, t'a dit ce que je lui avais dit de ne pas te dire. Il paraît que tu lui as dit que tu ne me dirais pas qu'elle t'avait dit ce que je lui avait dit de ne pas te dire. Alors toi, maintenant, ne lui dis pas que je t'ai dit qu'elle t'avait dit ce que je lui avais dit de ne pas te dire. (dans :Histoires gratinées , par Jean-Charles Press Pocket - 1970 p.27)

(30) - Un vieux seigneur du XVIIIme siècle demande en ces termes la main d'une jeune fille:
- Mademoiselle, accepteriez-vous de devenir ma veuve ? (dans: Histoires gratinées , par Jean-Charles Press Pocket - 1970 p.67)

(31) - Tu sais, ta secrétaire raconte un tas de mensonges sur toi.
- Aucune importance, mon vieux, tant qu'elle ne raconte pas la vérité. (dans: Histoires gratinées , par Jean-Charles Press Pocket - 1970 p.94)

(32) - Ma femme me rend fou! Elle à une mémoire absolument épouvantable!
- Tu veux dire qu'elle oublie tout ?
- Au contraire,elle n'oublie rien. (dans:La bible de l'humour juif [2] Marc-Alain Ouaknin et Dory Rotnemer)


Choix d'humour et de sagesse    Humour et sagesse d'origines diverses
(33) - - Comment va votre femme ?
- Elle est d'une humeur massacrante: elle a des rhumatismes qui me font bien souffrir.

(34) - La santé: c'est d'avoir mal tous les jours à un endroit différent.

(35) - Le drame du succès, c'est que la recette pour y parvenir est la même que celle pour arriver à la dépression nerveuse.

(36) - Dans la plupart des pays les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé.

(37) - Le drame, dans notre monde moderne, c'est que l'on est de plus en plus fier des machines qui pensent et de plus en plus soupçonneux à l'égard des hommes qui essaient d'en faire autant.

(38) - Il est difficile, disait Théodore Roosevelt, d'améliorer le sort de l'homme par de bonnes lois - mais il est facile de les rendre pire par de mauvaises.

(39) - - Le psychiatre à son patient après un an de traitement: «Vous ne souffrez pas d'un complexe d'infériorité, vous êtes vraiment inférieur».

(40) - - Ce soir nous parlons de la mer morte. Annie explique qu'il y a dans cette mer six fois plus de sel que dans les autres mers.
Alain réagit en disant; Non il n'y a pas plus de sel, il y a moins d'eau; (lundi 31 décembre 1984 - 6 ans 1/2)

(41) - - Chez la voyante :
- Pendant les dix prochaines années vous serez pauvre et malheureux.
- Et après ? :
- Vous serez habitué.

(42) - (le mari) : - Je voudrais trouver un bon moyen de me rappeler l'anniversaire de notre mariage.
(l'épouse): - Le mieux serait que ... tu l'oublies une fois !!!

(43) - (En fin de consultation.:)
Mais s'étonne la dame, pourquoi m'avoir fait tirer la langue pendant toute la consultation alors que vous ne l'avez même pas regardée ?
- Je voulais être tranquille pendant que je réflechissais à votre cas.

(44) - Absurde
Si vos parents n'avaient pas eu d'enfants, il y a beaucoup de chances que vous n'en n'ayez pas non plus.


Stanislav Jerzy Lec (1909-1966)    Nouvelles pensées échevelées
(45) - Quand j'aurai perdu mon sens de l'humour, on me proclamera philosophe. (p.249)

Michael Korda (1933- ....)    Le pouvoir! Comment on se l'approprie Comment on s'en sert
(46) - L'humour se prête mal à la conquête du pouvoir. (p.160)

Jules Renard (1864-1910)    Journal (1887-1910)
(47) - Si jamais une femme me fait mourir, ce sera de rire. (1898 p.370)

(48) - Sauf complications, il va mourir. (1900 p.473)

Irvin D. Yalom (1931 -....)    Apprendre à mourir.
(49) - [Une blague:]
Un jour un fils dit à sa mère : "Aujourd'hui, maman, je ne veux pas aller à l'école."
- Et pourquoi donc ? demande la mère.
- pour deux raisons: je déteste les élèves et ils me détestent.
La mère répond alors : " Il y a deux raisons qui font que tu dois aller à l'école : La première c'est que tu as quarante-cinq ans, et la seconde c'est que tu es le proviseur."xième (p.100)


Page d'accueil: yves.frisch.free.fr ou yves.frisch.fr Page générée le : 28/02/2017